affiche du film InfiltrA?A?A?A?A?A?A?A©s, Les

InfiltrA?A?A?A?A?A?A?A©s, Les

Departed, The


Genre : Policier / crime / drame / thriller
Année de production : 2006
Pays d'origine : MikeMop
Durée : NuQaBOog
Production : pay to write essays
Scénariste : William Monahan, Siu Fai Mak(= Alan Mak), Felix Chong
Musique : Howard Shore
Montage : Thelma Schoonmaker
Casting : pay to write essays

Synopsis :

pay to write essays

Le trailer

pay to write essays

Les critiques à propos de ce film

Du grand Scorsese

Note:

Rien à dire, la mise en scène, le cadrage et quelques idées de montage permettent rapidement de donner le ton : il s’agit bien d’un film de Scorsese ! J’étais resté un peu sur ma faim sur les deux précédentes réalisations du grand réalisateur (The Aviator et Gangs of New York) que j’assimilais plus à de grandes fresques historiques ou biographiques sans grand intérêt. Retour donc ici à une mise en scène plus "typée". Un bon point.

Deuxième bon point : les acteurs. Les jeux sont convaincants. Mention spéciale à Mark Wahlberg qui crève l’écran dans le rôle du flic désagréable-à-souhait-mais-qui-a-un-bon-fond-tout-de-même. Di Caprio est fidèle a lui-même j’avoue ne plus être tombé sur le charme depuis bien longtemps, peut-être ai-je tout simplement un sceptisisme sur la collaboration Scorses-Di Caprio. Matt Damon joue quant à lui un rôle très semblable à celui qu’il avait dans ’Mrs Ripley’, film que j’avais particulièrement apprécié à l’époque. Du sur mesure pour le playboy. Enfin, Jack Nicholson fidèle à lui-même, le bad guy au regard pas très net (vous avez remarqué cet oeil toujours plus grand que l’autre ?), un peu pervers mais qui réussit toujours à se mettre le spectateur dans la poche quand il le faut.

Côté "moins", je parlerai plus d’une forme de lassitude du genre. Quand on va voir un Scorsese on s’attend à en avoir pour son argent vu que les films ne sont jamais en dessous de la barre des 2 heures. Mais ici, c’est clairement trop ! Le scénario ne suit pas, on s’ennuie parfois, on tourne en rond, on se répète. Le ton général est un peu plus léger aussi par rapport à son habitude ce qui je pense renforce cette impression. La fin vaut néanmoins le détour et justifie peut-être paradoxalement la longueur.


JLK
Les infiltrés

Note:

Une taupe de la police s’est infiltrée dans la mafia irlandaise des quartiers de Boston. Cependant la police est bien loin de penser qu’elle est, elle-même , grangrénée par un individu du même type envoyé par un parrain de la mafia qu’elle traque et tente d’éliminer depuis longtemps déjà : Franck Costello.

Ce film d’action musclée, au casting intéressant, dans lequel Léonardo di Caprio, Mattt Damon et surtout Jack Nickolson s’épanouissent à merveille, est bâti sur un suspens qui vous tient en haleine, durant les nombreux rebondissements qui le jalonnent et ce, jusqu’à la dernière minute.

Cette histoire réalisée par Martin Scorsese (The aviator,...) est en soi peu innovante par rapport au genre bien connu des film de gangsters. Il n’est pas à mettre sous les yeux des plus jeunes, car les scènes de violence ainsi que les effusions de sang sont fortement présentes tout au long du film.

C’est l’ensemble, composé de péripéties, suspens, rebondissements et étonnement qui fait que l’on ne sort pas de la salle déçu, mais bien satisfait d’avoir vu une histoire, il faut le dire, assez bien construite.

JLK

Noir c’est noir.

Voilà longtemps que je n’étais plus ressorti d’un film de Martin Scorsese en me disant « si ce gars n’a pas révolutionné le cinéma, il sait au moins se servir d’une caméra ». C’est maintenant chose faite ! The Departed n’est rien d’autre que l’adaptation assez fidèle d’un film japonais, Infernal Affairs. Si vous aimez les histoires de gangsters bien tordues et les intrigues aux multiples rebondissements, The Departed est fait pour vous. Scorsese, comme souvent, nous raconte un univers brutal et sans pitié, un univers où même les défenseurs de la loi doivent se comporter comme de parfaites crapules si elles veulent sauver leur peau. Le casting est assez impressionnant, et les acteurs sont dans l’ensemble très bons (à part peut-être Matt Damon qui a du mal à se sortir de son stéréotype de gendre idéal). En outre, c’est un réel plaisir de revoir Martin Sheen dans un rôle qui lui va comme un gant et Jack Nicholson en gangster psychopathe que n’aurait pas renié Shining. Le scénario, bien qu’un peu prévisible, tient en haleine de bout en bout, et on se demande à tout moment quel autre coup tordu Scorsese va sortir de sa manche. Pour autant, l’ensemble garde sa crédibilité, et, s’il n’est pas le chef-d’oeuvre du siècle, The Departed reste un très bon thriller policier, sombre et violent à souhait.