affiche du film Monsieur Papa

Monsieur Papa

Monsieur Papa


Genre : comédie dramatique
Année de production : 2010
Pays d'origine : France
Durée : 90
Production : Richard Grandpierre, Judith Aubry
Scénariste : Anne Valton, Luc Chaumar, Emmanuelle Cosso-Merad
Montage : Christophe Pinel
Casting : Michèle Laroque (Marie Vallois), Kad Merad (Robert Pique), Vincent Perez (Jean-Laurent), Gaspard Meier-Chaurand (Marius), Judith El Zein (Sonia), Myriam Boyer (Mme Benchetrit), Grégoire Ludig (Le jeune branché), Francis Renaud (Un vigile), Randiana Nay (Nadia), Bernard Le Coq (Le proviseur), Jacques Herlin (Viel homme en fauteuil roulant), Jacques Balutin (Gardien d’immeuble), Clovis Cornillac (M. Vidal), Olivier Baroux (Homme qui tente de séduire Marie), Arielle Moutel (Actrice),

Synopsis :

Marius Vallois a douze ans et besoin d’un père. Marie Vallois a un fils de douze ans, de lourdes responsabilités professionnelles, un amant à calmer, un poste à pourvoir, une soeur adorée, un cousin compliqué mais aucun père pour Marius. Robert Pique a une centrale vapeur, toujours du linge en retard, un fantasme chinois, une voisine qu’il protège et cherche du boulot. Monsieur Papa est l’histoire du curieux lien qui va se tisser entre ces trois personnages. Un lien qui leur donnera beaucoup de fil à retordre et des attaches pour la vie.

Les critiques à propos de ce film

Critique du film "Monsieur Papa"

Note:

C’est une comédie très agréable à regarder en famille, un film très touchant et dont l’histoire est belle. « Monsieur Papa » parle d’une mère et d’un enfant qui n’a pas de père. Pour que l’enfant se sente bien, la mère a trouvé un homme qu’elle paie pour qu’il fasse semblant d’être le père de son garçon, mais un lien se crée entre eux deux.

Les thèmes sont l’amitié (entre l’homme et l’enfant et entre l’homme et la femme) et la filiation (avec les conséquences de l’absence du père).

Le message du réalisateur est qu’il ne faut jamais mentir à un enfant sur la question d’un parent absent, parce que la vérité ressort tôt ou tard, et l’enfant l’apprend. Il y a aussi l’attachement sentimental (inévitable et surprenant) entre un homme qui n’a pas d’enfant et un enfant qui n’a pas de père.

Dans ce film, le réalisateur montre bien les problèmes quotidiens des parents qui doivent élever un enfant, qui demande tôt ou tard d’où il vient, et qui veut connaître le parent absent. L’adulte fait alors tout son possible pour que l’enfant se sente bien, quitte à lui mentir. Les acteurs choisis pour ce film sont très bons, et ils ont une bonne complicité. Le film est aussi traité avec humour, même si l’histoire est dramatique à la base.

Les lieux de tournage étaient assez banals, car tout est tourné dans une ville banale. Seul le décor de la fin (positive) est différent et très esthétique.

Critique du film "Monsieur Papa"

Note:

Il s’agit d’une comédie française avec une toile de fond dramatique, pleine de bons sentiments mais avec un dénouement sans surprise, dont les thèmes sont le mensonge, la paternité et la quête d’identité. Il est également question d’un épisode de crise familiale.

Le message que veut faire passer le réalisateur (Kad Merad jouant dans son propre film) est qu’il faut faire abstractions des différences de milieux sociaux et qu’un enfant peut être correctement élevé dans un milieu monoparental.

Ce qui est intéressant dans « Monsieur Papa », c’est que l’action du film se passe dans un quartier chinois de Paris. On voit également l’opposition entre la vie dans un HLM de banlieue et la chique vie d’une femme embourgeoisée.

Malheureusement, il est déplorable que le scénario soit si simple et fort téléguidé. En effet, on s’attend à la fin proposée et durant tout le film, on sent de la lenteur et on n’accroche pas énormément.

De plus, les comédiens principaux, Kad Merad et Michèle Laroque, ne sont pas épatants. En effet, Michèle Laroque est très froide dans son rôle, et ne fait passer que peu d’émotions. Quant à Kad Merad, il est égal à lui-même, mais ne se surpasse pas dans ce rôle de père improvisé. On l’a déjà vu plus sincère dans, notamment, le film « Je vais bien, ne t’en fais pas ». Quant au petit garçon qui interprète l’enfant Marius, il paraît prendre la chose à la légèreté, et n’est au final pas fort intéressant.

En conclusion, il s’agit d’un film de détente, destiné à un public jeune et non cinéphile, et qui n’aurait peut-être pas dû être à l’affiche des cinémas.