affiche du film Prestige, Le

Prestige, Le

Prestige, The


Genre : Thriller fantastique
Année de production : 2006
Réalisateur : Christopher Nolan
Pays d'origine : Direct Lenders
Durée : zsjppcHUypDuDozWiMp
Production : best personal loans check advance cash advance usa personal loans online
Scénariste : Christopher Nolan, Jonathan Nolan
Musique : David Julyan
Montage : Lee Smith
Casting : best personal loans check advance cash advance usa personal loans online

Synopsis :

best personal loans check advance cash advance usa personal loans online

Le trailer

best personal loans check advance cash advance usa personal loans online

Les critiques à propos de ce film

La grande illusion

Note:

Au final, "The Prestige" n’est qu’est simple thriller admirablement bien réalisé ayant pour sujet le duel sans merci entre deux frères-ennemis. Pourtant, "The Prestige" produit un effet bien plus original. Le fait qu’il oppose deux prestidigitateurs y est déjà pour beaucoup de chose. Ce contexte nous fait rêver. Qui n’a pas aspiré un jour découvrir l’envers du décor de ce milieu mystérieux ? Sur ce point là, il n’y a rien à redire. Le film de Christopher Nolan nous en donne pour notre argent. "The Prestige" séduit également en situant habilement son action dans l’Angleterre victorienne et en multipliant les références historiques. Stratégie judicieuse, car elle brouille les pistes en nous faisant presque parfois douter du caractère fictionnel de l’histoire. A ces deux points, il faut rajouter la non-linéarité du récit. Comme il l’a prouvé avec "Memento", le film qui l’a fait connaître, Christopher Nolan excelle quand il est question de maltraiter la temporalité de l’action. Ici, ce procédé est à nouveau magistralement maîtrisé et implique le spectateur à 100%, car il ne peut pas être inattentif.

Ceci étant dit, on ne peut pas dire que l’histoire de "The Prestige" soit vraiment compliquée. Comme dit en introduisant cet avis, "The Prestige" n’est vraiment qu’un simple thriller. Il parvient juste à donner l’illusion d’être plus que cela en nous prenant à contre-pied en usant d’ingrédients que nous n’avons pas l’habitude de voir dans ce genre de film. Un film sur des magiciens qui donne l’illusion... Ce n’est pas le beau compliment qu’on pourrait lui faire ?

Hocus Pocus, vous n’avez rien vu...

Note:

Bien mis en scène, bien que fort conventionnel, le film se caractérise par la mise en parallèle de trois époques différentes du récit tout en suivant simultanément deux personnages. Ce procédé qui pourrait dérouter est ici bien maîtrisé et sert pleinement les intentions du réalisateur. Celui-ci cherche essentiellement à entretenir le suspens de son histoire en attirant l’attention des spectateurs sur les mystères qu’il propose : en dévoiler assez sans en montrer plus. Essentiellement film à "rebondissement final", Le prestige perd cependant beaucoup de son intérêt si le spectateur découvre le mystère sur lequel il se base. Car c’est bien le risque que prend le réalisateur en tentant de transposer dans la logique de son film, la mécanique qu’il décrit comme étant celle de la prestidigitation : valoriser le mystère en détournant l’attention du spectateur. Mieux vaut aborder ce film en acceptant d’emblée de se faire surprendre sans trop chercher à anticiper la fin au risque de s’ennuyer un peu et de n’avoir à se contenter que d’un petit voyage sympathique dans le Londres victorien et dans l’univers implacable des magiciens.