affiche du film Prédictions

Prédictions

Knowing


Genre : Thriller science-fiction
Année de production : 2008
Pays d'origine : Australie
Durée : 115
Production : Todd Black, Jason Blumenthal, Alex Proyas, Steve Tisch
Scénariste : Juliet Snowden, Ryne Douglas Pearson (Story), Stiles White
Musique : Marco Beltrani
Montage : Richard Learoyd
Casting : Nicolas Cage (John Koestler), Chandler Canterbury (Caleb Koestler), Rose Byrne (Diana Wayland), D.G. Maloney (L’Etranger), Lara Robinson (Lucinda Embry / Abby Wayland), Alan Hopgood (Reve. Koestler), Ben Mendelsohn (Phil Beckman), Danielle Carter (Miss Taylor 1959), Aletha McGrath (Miss Taylor 2009), David Lennie (Principal Clark 1959), Tamara Donnellan (mère de Lucinda), Adrienne Pickering (Allison), Nadia Townsend (Grace Koestler), Joshua Long (Caleb jeune),

Synopsis :

Pour fêter l'anniversaire d'une école, une cérémonie est organisée au cours de laquelle une capsule temporelle contenant des messages écrits par des enfants 50 ans auparavant est déterrée et ouverte. Chaque enfant emporte chez lui un message, mais celui du petit Caleb est illisible, car il s'agit d'une suite incohérente de chiffres. D'abord amusé, son père, statisticien, essaye de trouver une signification. Horrifié, il découvre peu à peu que chaque séquence de chiffres correspond à la date exacte d'une catastrophe récente. Lorsqu'il comprend que les 3 dernières séquences prophétisent des cataclysmes à venir, une course contre la montre commence.

Les critiques à propos de ce film

On va tous mourir !

Note:

Coup de coeur Cinétic:

Décidément, le cinéma grand spectacle aime de plus en plus les fins du monde. Après le récent remake de The Day the Earth Stood Still, très mauvais, où Keanu Reeves nous fait la morale écologique de service, le film d’Alex Proyas va plus loin. Désormais, la fin du monde est inscrite dans l’avenir proche, rien ne sert de courir, il ne fallait même pas partir à point, nous sommes tout simplement foutus.

Le prophète de service qui va découvrir l’atroce vérité est incarné par Nicolas Cage décidément en lice pour détrôner Chrisophe Lambert aux rangs des acteurs les plus nanars. Grâce à son immense talent et à un réservoir unique de mimiques significatives - dont il faudrait dresser la sémiologie -, Nicolas, astronome philosophe, comprend peu à peu l’horreur à venir et tente de nous la communiquer.

Pendant ce temps, dans les bois, des êtres venus d’ailleurs contemplent sa maison et tentent de donner des cailloux noirs à son fils végétarien.

Donc, Alex Proyas signe ici une excellente comédie qui réjouira les plus caustiques d’entre nous. Une chose cependant sauve l’intérêt du film et l’inscrit dans une histoire du cinéma : il est l’aboutissement de l’occlusion intellectuelle qui a cours lorsqu’il s’agit d’anticiper l’avenir et de faire du scénario avec. En fait, il n’y a pas d’avenir et le sauveur s’appelle Nicolas Cage.

Prédictions

Note:

Décidément, le cinéma grand spectacle aime de plus en plus les fins du monde. Après le récent remake de The Day the Earth Stood Still, très mauvais, où Keanu Reeves nous fait la morale écologique de service, le film d’Alex Proyas va plus loin. Désormais, la fin du monde est inscrite dans l’avenir proche, rien ne sert de courir, il ne fallait même pas partir à point, nous sommes tout simplement foutus.

Le prophète de service qui va découvrir l’atroce vérité est incarné par Nicolas Cage décidément en lice pour détrôner Chrisophe Lambert aux rangs des acteurs les plus nanars. Grâce à son immense talent et à un réservoir unique de mimiques significatives - dont il faudrait dresser la sémiologie -, Nicolas, astronome philosophe, comprend peu à peu l’horreur à venir et tente de nous la communiquer.

Pendant ce temps, dans les bois, des êtres venus d’ailleurs contemplent sa maison et tentent de donner des cailloux noirs à son fils végétarien.

Donc, Alex Proyas signe ici une excellente comédie qui réjouira les plus caustiques d’entre nous. Une chose cependant sauve l’intérêt du film et l’inscrit dans une histoire du cinéma : il est l’aboutissement de l’occlusion intellectuelle qui a cours lorsqu’il s’agit d’anticiper l’avenir et de faire du scénario avec. En fait, il n’y a pas d’avenir et le sauveur s’appelle Nicolas Cage.