affiche du film Une verite qui derange

Une verite qui derange

An Inconvenient Thruth


Genre : Documentaire
Année de production : 2006
Pays d'origine : allstate insurance
Durée : WvxmhYuonW
Production : car insurances low cost car insurance best auto insurance companies 2018 non owner car insurance
Scénariste : Davis Guggenheim
Musique : Michael Brook
Montage : Jay Lash Cassidy, Dan Swietlik, Javier Alvarez
Casting : car insurances low cost car insurance best auto insurance companies 2018 non owner car insurance

Synopsis :

car insurances low cost car insurance best auto insurance companies 2018 non owner car insurance

Le trailer

car insurances low cost car insurance best auto insurance companies 2018 non owner car insurance

Les critiques à propos de ce film

Trop maladroit pour être honnête

Note:

Depuis quelques années, Al Gore, ex-futur président des Etats-Unis (c’est lui qui le dit), prend son bâton de pèlerin (enfin, plutôt son Mac) pour parcourir le monde et faire des présentations vantant les dangers du réchauffement climatique qui, selon lui, seraient une "vérité qui dérange" (Ah bon ?). Certaines de ces présentations ont été filmées pour en faire le présent film compilant les meilleurs moments. Comme il y a plus excitant que de regarder une conférence- aussi bien menée soit-elle -projetée sur grand écran, le réalisateur de "An Inconvenient Truth" entrecoupe les extraits des conférences par des scènes où Al Gore fait (mal) semblant de travailler ou par des séquences diapositives ressassant des souvenirs larmoyants expliquant comment Al Gore en est venu à jouer les prêcheurs écologiques. Ce procédé douteux décrédibilise complètement l’entreprise tellement il sonne comme de la basse manoeuvre politique cherchant à prendre les gens par les sentiments. Ces (trop) nombreux intermèdes rappellent qu’avant tout Al Gore est un politicien à la recherche d’électeurs. Pour le reste, il faut avouer qu’à moins que vous ayez vécu dans un glacier ces 10 dernières années et que ce dernier ayant fondu soudainement, vous vous êtes posé des questions, vous n’apprendrez pas grand-chose de nouveau. Tout au plus, vous serez satisfait d’avoir vu une bonne synthèse sur le sujet. Cela dit, s’il ne fait aucun doute qu’il y a une partie du public qui doit être conscientisé, est-ce vraiment utile ? Est-ce vraiment le grand public qui peut inverser la tendance et résoudre le problème du réchauffement climatique ? La question reste posée.

An inconvenient Truth

Note:

Coup de coeur Cinétic:

« Bonjour, je suis Al Gore, l’ex-futur président des Etats-Unis d’Amérique ».

Avec humour et sans cynisme, Al Gore a pour objectif de faire changer les mentalités de ses concitoyens américains sur le réchauffement climatique. Le film présente de manière dynamique une conférence de l’homme politique, soutenue par des illustrations impressionnantes ; cette présentation est entrecoupée d’une suite de séquences sur la vie d’Al Gore et l’odyssée qu’il a entreprise pour montrer au monde ses diapositives.

Le caractère naturel du réchauffement, la prétendue division du monde scientifique à ce sujet, et bien d’autres clichés sont patiemment démontés les uns après les autres. Abordant tous les aspects du problème, le reportage est construit de manière très pédagogique. Les faits sont d’abord étudiés, expliqués et illustrés. S’ensuit une recherche systématique des causes du réchauffement, et enfin des propositions concrètes pour l’avenir.

Le constat est édifiant, mais le ton du reportage n’est pas culpabilisant. Simplement, il invite à prendre conscience de cette problématique et des effets désastreux de notre mode de vie sur le climat mondial. Le réchauffement climatique n’est pas une fatalité, nous pouvons encore agir, mais il faut le faire tout de suite. Tel est le message qu’Al Gore entend faire passer à son public.

An inconvenient truth

Vous vous intéressez à l’avenir écologique de notre planète ? Vous avez déjà quelques notions sur le réchauffement climatique et vous savez ce qu’est Kyoto ? Alors, n’allez pas voir ce film car vous n’y apprendrez pas beaucoup plus. Ce documentaire est finalement une conférence filmée de Al Gore, à coups de graphiques et de photos aériennes. Si l’idée peut toucher chacun de nous, la présentation est quelque peu monotone, agrémentée de temps en temps par des séquences plus personnelles mais qui ne rendent pas vie à l’ensemble. C’est associé à une propagande électorale mais c’est évident que ce type de documentaire est souvent un parti-pris et cherche les images et chiffres-chocs pour convaincre le public. Cela s’adresse plutôt à une personne qui n’aurait pas un accès à des médias un minimum objectifs (américains par exemple) et qui ne se rendrait pas compte de l’impact de l’homme sur la nature, au nom de l’économie toute puissante et du « progrès ». C’est sûr que cette vérité dérange…