affiche du film Dernier Roi d'Ecosse, Le

Dernier Roi d'Ecosse, Le

Last King of Scotland, The


Genre : Drame
Année de production : 2006
Scénariste : Jeremy Brock, Peter Morgan d'aprA?A?A?A?A?A?A?A?s Giles Foden (roman)
Musique : Alex Heffes
Montage : Justine Wright

Synopsis :

Les critiques à propos de ce film

Le dernier roi d’Ecosse

Ce film retrace des éléments historiques autour du pouvoir d’Amin Dada en Ouganda. Est-ce plutôt un homme du peuple ou plutôt un dictateur ? C’est ce que va apprendre à découvrir un médecin écossais appelé à ses côtés. C’est donc à travers son histoire que les faits s’enchainent et que les témoignages se succèdent, laissant finalement peu de place à l’incertitude sur la question. Les acteurs jouent bien et différents avis sont mélangés tout en gardant un aspect réel, sans grands clichés mais à coup d’images cinglantes et sanglantes donc très choquant !!! Quelques beaux paysages qui ne permettront cependant pas aux âmes sensibles de surmonter la vision de certaines des atrocités.

On s’y croirait.

Film de fiction très largement inspiré de faits historiques, The Last King of Scotland (TLKS) nous conte la vie d’Idi Amin Dada, président despotique de l’Ouganda, et icône presque caricaturale des dictateurs africains du 20ème siècle. Le film est centré sur la vie de Nicholas Garrigan, médecin personnel du dictateur, dont la perception va passer d’une admiration presque sans failles à un dégoût profond, au fur et à mesure qu’il prend consciences des exactions commises par le chef de l’état. Si le personnage principal n’a pas réellement existé, il est le condensé de trois personnages historiques ayant réellement cotoyé de près Idi Amin Dada. Cette proximité avec la vérité historique se ressent très fort dans le film, celui-ci prenant presque des allures de documentaire à certains moments, tant le réalisme qui s’en échappe est puissant. Au niveau des acteurs, Forrest Whitaker est tout simplement époustouflant dans son interprétation du tyran, quelque part entre crapule sanguinaire et enfant trop gâté. En résumé, le film trouve un très bon équilibre entre documentaire rébarbatif et fiction inventée de toutes pièces.